fbpx

Implant Basal

Demander votre devis dentaire

Sommaire : Implant basal

Implantologie Basale

implant basal sur radiographie panoramique dentaire

Qu’est-ce que l’implant dentaire basal ?

Un implant basal est un type d’implant dentaire en titane de forme et de taille particulière. L’implant basal est plus long que l’implant classique et il s’insère donc plus en profondeur dans l’os de la mâchoire, voire même dans d’autre os tels quel l’implant basal zygomatique qui s’insère dans l’os zygomatique (os des pommettes).

L’implantologie basale est une des solutions implantaires à employer dans les cas de manque d’os les plus sévères. Toutefois nous verrons aussi que d’autres techniques sont à envisager avant l’implantologie basale qui ne devrait être utilisée qu’en dernier recours et dans des cas bien précis.

Ce n’est qu’après avoir évalué les risques des différentes solutions possibles que le chirurgien choisira l’implantologie basale.

 

L’os cortical

L’adjectif basal (de base) sert à différencier l’implant dentaire basal de l’implant classique dans le sens où il s’insère en profondeur dans la base de l’os. Le pluriel de « basal » est « basaux ».

La base de l’os dans laquelle s’insère ce type d’implant en profondeur s’appelle l’os cortical. Un implant classique s’insère dans l’os alvéolaire qui se trouve plus en surface.

 

L’implantologie basale est un sujet complexe

Il n’est pas possible de résumer l’implantologie basale en une phrase. On ne peut pas non plus simplifier et dire que c’est une bonne ou une mauvaise technique. C’est une technique adaptée à certaines personnes dans certaines conditions.

Contrairement à ce que pensent certaines personnes, l’implantologie basale n’est pas destinée à permettre un traitement d’implantation en une seule étape avec prothèse dentaire fixe définitive immédiate. Une prothèse fixe immédiate est permise mais elle doit être provisoire.

Cette technique est parfois controversée, parfois présentée comme un traitement miracle ou comme l’avenir de l’implantologie.

Si vous pensez avoir besoin d’implantologie basale, cet article vous permet de faire la part des choses grâce à des explications et exemples visuels.

 

Pour qui est l’implantologie basale ?

L’implantologie basale est destinée aux personnes ayant très peu d’os au niveau de la mâchoire supérieure et qui en général ont besoin de reconstruire toute la mâchoire supérieure complète sur implants. Il est possible de poser un implant basal chez un patient dont il ne faut refaire qu’une partie de la mâchoire, mais en général cela s’applique plutôt à la mâchoire supérieure complète comme dans un All-on-4.

 

Épaisseur d’os

Lorsqu’un patient possède moins de 5 mm d’os l’implant basal est envisageable.

Entre 5 et 8 mm d’os, les implants courts seront préférables car ils sont à la fois moins invasifs, tout aussi solides et durables, sans pour autant nécessiter de greffe osseuse.

Entre 8 et 12 mm d’os, il sera plutôt recommandé d’avoir recours à une petite greffe osseuse ou sinus lift afin de pouvoir mettre des implants classiques ou des implants courts sans greffe.

À partir de 12 mm d’os, en général on pourra poser des implants conventionnels.

Evidemment, ces règles ne sont pas absolues. L’analyse complète de la situation dentaire et osseuse peut aboutir à d’autres recommandations si cela se justifie pour le bien-être du patient.

 

Comparaison implant classique Vs. Implant basal

Différence implant basal et classique

Un implant dentaire classique est une vis en titane mesurant de 10 à 20 mm de longueur. La caractéristique la plus évidente de l’implant basal est sa forme plus longue : 30 à 70 mm. Ensuite un implant classique est de forme légèrement conique alors qu’un implant basal possède une forme plus allongée et parfois même coudée.

Un implant basal possède en général son pilier intégré. Il n’y a pas à ajouter de pilier et il n’y a donc pas de connexion pilier-implant, ce qui est un avantage contre la péri-implantite. Cela implique aussi qu’en général on pose directement une prothèse provisoire lors de la pose de l’implant afin de recouvrir ce pilier.

Le filetage d’un implant basal est aussi plus prononcé et plus coupant que celui d’un implant classique afin de garantir une meilleure stabilité dès son insertion.

Des millions d’implants conventionnels sont posés chaque année dans le monde alors que seulement quelques milliers d’implants basaux

 

Particularités de la chirurgie pour implants basaux

Il n’existe que très peu de chirurgiens qui pratiquent l’implantologie basale dans le monde. En France ils ne sont que 2 chirurgiens à utiliser cette technique. La raison est que cette technique est particulière et ne doit être utilisée que dans certains cas particuliers qui restent assez rare. D’autre part, ce type de chirurgie nécessite des compétences particulières car elle présente plus de risques que l’implantologie classique.

L’implantologie basale devrait idéalement être pratiquée par un chirurgien maxillo-facial plutôt que par un simple dentiste. De plus, cette intervention étant plus complexe et plus invasive, elle doit généralement être pratiquée sous anesthésie générale.

 

Les différents types d’implant basal

Différents types d'implant basal

Implant basal simple

Implant basal simple

L’implant basal simple est un implant long et droit.

Il est généralement utilisé à la place d’implants classiques alors même qu’il n’y a pas de manque osseux afin de permettre au patient de recevoir une couronne ou un bridge définitif directement après la pose de l’implant. Les cliniques dentaires Newdentaire ne recommandent pas cette pratique car le gonflement de la gencive après l’intervention fait que la prothèse ne sera pas 100% adaptée. Même avec l’implantologie basale, il faut attendre quelques mois de cicatrisation de la gencive pour faire une prothèse dentaire 100% adaptée.

L’utilisation de ce type d’implant basal décrite ci-dessus ne correspond pas à une bonne pratique de l’art dentaire selon notre vision qualité. Nous ne développerons donc pas davantage cet implant dans la suite de cet article. Lorsqu’il y a assez d’os, il semble plus cohérent de poser des implants classiques et d’attendre quelques mois de cicatrisation pour poser la prothèse définitive.

Dans certains cas, tels qu’une reconstruction complète sur implant avec All-on-4, il est possible de poser directement une prothèse fixe sur les implants, mais cette prothèse fixe est alors provisoire et faite en résine. Celle-ci sera remplacée par une prothèse définitive quelques mois après la cicatrisation et la stabilisation des gencives.

L’exemple ci-dessous montre une utilisation qui semble excessive d’implants basaux. Pour la mâchoire supérieure, il y a certes un manque d’os, mais on compte tout de même 15 implants alors que 6 auraient été amplement suffisants. Pour la mâchoire inférieure, il ne semble pas qu’un manque d’os justifie la pose des 11 implants basaux. 6 implants classiques auraient pu suffire. Newdentaire ne recommande pas cette approche invasive car elle ne respecte pas notre vision qualité et notamment notre approche d’invasivité minimale.

Exemple utilisation excessive d'implant basal

 

Implant dentaire zygomatique

Implant zygomatique

L’implant basal zygomatique est un implant long et coudé destiné à être vissé dans l’os zygomatique (au niveau des pommettes). Il s’utilise donc uniquement à la mâchoire supérieure. Ce type d’implant est une alternative valable pour les personnes ayant le plancher sinusal très bas afin d’éviter des greffes d’os massives au niveau du sinus. Cela supprime le besoin de comblement osseux du sinus (élévation du sinus ou sinus lift).

Os Zygomatique

A condition d’avoir un problème osseux important, cette technique est l’une de celles que nos chirurgiens recommandent .
Nos 4 chirurgiens maxillo-facial peuvent avoir recours à cette technique dans notre clinique dentaire de Moldavie chez les personnes qui ont très peu d’os. Cela permet d’éviter la greffe osseuse, ainsi que d’avoir directement des dents fixes mais provisoires et en résine sur les implants. Cette option avec des dents fixes provisoires est beaucoup plus confortable que de porter un dentier amovible. Les dents provisoires sont remplacées par des dents définitives en métal-céramique ou Zircone-Céramique 4 à 6 mois après la première intervention. Cette période de cicatrisation permet de laisser les gencives se stabiliser après la chirurgie pour fabriquer une nouvelle dentition définitive parfaitement adaptée.
Exemple implant basal zygomatique

 

Implant dentaire ptérygoïdien

Implant Ptérygoïdien

L’implant ptérygoïdien est un implant long et incliné qui s’insère dans l’os ptérygo-maxillaire. Cette technique consiste à éviter la cavité sinusienne en posant des implants dans la tubérosité du maxillaire, c’est-à-dire tout au fond de la mâchoire supérieure.

Cet implant est un peu entre l’implant classique et l’implant basal. La chirurgie n’est pas aussi invasive que l’implantologie zygomatique mais elle reste plus complexe et plus invasive que la pose d’un implant classique.

Lorsque le patient possède suffisamment de volume osseux au niveau de la tubérosité maxillaire, cette technique est idéale. Le patient peut en général recevoir directement une prothèse provisoire fixe. Cette solution est alors la solution de préférence car elle évite la greffe osseuse et elle évite les implants zygomatiques qui sont plus chers et plus complexes.

Cas clinique pour implant Ptérygoïdien

Comme cet implant se pose tout au fond de la mâchoire, cela permet de remplacer la dent 17/27, alors qu’avec les autres techniques, on ne va généralement que jusqu’aux dents 16/26. Cela implique donc d’avoir 14 dents sur la mâchoire supérieure, au lieu de 12. Ces 14 dents sont donc intéressantes mais uniquement à condition d’en avoir aussi 14 en bas, sans quoi les 2 dents du fond n’auront pas de réelle utilité.

 

 

Avantages de l’implant basal

Eviter la greffe osseuse

Le grand avantage de l’implant basal est d’éviter une greffe osseuse lourde.

Certaines personnes souffrantes de sinusite chronique peuvent aussi bénéficier de cette technique afin de ne pas risquer de complication au niveau des sinus.

Parfois une greffe osseuse nécessite un prélèvement d’os autogène, c’est-à-dire : provenant d’un autre os du même patient. Ce type d’intervention comporte des risques supplémentaires associés à cette chirurgie supplémentaire. Celle-ci possède d’ailleurs aussi un coût généralement important.

 

Gain de temps

Ce second avantage est une conséquence du premier.

Lorsqu’un patient reçoit une greffe osseuse importante, il n’est pas possible de poser les implants lors de la même intervention. Il faut alors attendre minimum 6 mois la prise de la greffe avant de poser les implants. Ensuite la période d’ostéo-intégration des implants dure encore 6 mois supplémentaires avant de pouvoir poser les prothèses définitives. La durée totale est alors de plus de 12 mois.

 

Stabilité initiale forte

Le troisième avantage est la stabilité initiale de l’implant basal. Celui-ci étant tellement profond qu’il autorise très facilement la pose immédiate d’une prothèse fixe directement quelques jours après la chirurgie.

Prothèse fixe immédiate mais provisoire

Une prothèse fixe sur implant, posée immédiatement (quelques jours) après la chirurgie doit toujours être provisoire. Il ne faut pas poser de prothèse définitive directement car les gencives sont gonflées et elles vont dégonfler dans les semaines qui suivent.

En dégonflant, les gencives laissent un espace vide entre les dents et la gencive. Il faut donc attendre 4 à 6 mois après la chirurgie que les gencives dégonflent et se stabilisent pour faire une nouvelle empreinte dentaire qui sert à créer la prothèse dentaire définitive (couronne ou bridge).

Cela vaut tout aussi bien pour les implants classiques que pour l’implant basal, ainsi que pour les cas de pose d’implant directement après extraction, comme pour le cas où le patient a déjà attendu 3 mois après l’extraction pour poser ses implants.

 

Risques de l’implantologie basale

L’implant basal s’insère en profondeur. La chirurgie est donc plus invasive que pour des implants dentaires conventionnels. La chirurgie doit se faire sous anesthésie générale.

Ces deux éléments impliquent que l’intervention est donc plus complexe et plus risquée que l’implantologie classique. Cette technique n’est donc pas proposée systématiquement à tous les patients mais seulement à ceux qui en ont vraiment besoin.

Ces risques sont acceptables lorsqu’on a à faire à un chirurgien maxillo-facial qui maîtrise cette technique.

L’autre point important à considérer est qu’un implant basal ne se retire pas (ou alors seulement dans des cas graves, avec une intervention très complexe qui ne se pratique pas dans une clinique mais à l’hôpital). Ce point et à la fois un avantage car l’implant ne bougera plus, mais aussi un inconvénient en cas de complication.

 

Gestion de risque

En connaissant les avantages et les inconvénients de l’implantologie basale, on comprend mieux pourquoi cette technique n’est pas à proposer à n’importe quel patient. Il n’y a que les patients chez qui les autres techniques (implant court, greffe osseuse raisonnable) ne sont pas possibles que l’implant basal est le meilleur choix de traitement.

 

Prix de l’implantologie basale

Prix All-on-4 implant basal Zygomatique
La pose d’un implant basal zygomatique coûte 1000€ alors qu’un implant classique coûte entre 350€ et 650€.

La pose d’un implant basal ptérygoïde coûte 350€. Ce type d’implant est plus long mais sa pose n’est pas très complexe.

L’implant basal zygomatique est donc plus chère que la pose d’un implant conventionnel et voici pourquoi :

L’implant lui-même est plus gros, plus long. Il faut plus de titane pour le fabriquer. Ces implants ne sont pas beaucoup utilisés donc la production est plus petite. Les fabricants ne peuvent pas faire d’économie d’échelle sur ce type d’implant donc l’implant lui-même est déjà plus cher.

La pose d’un implant basal nécessite des compétences spécifiques. Idéalement il doit être posé par un chirurgien maxillo-facial.

L’implantologie basale se pratique sous anesthésie générale, avec la supervision d’un médecin anesthésiste.

Dans notre clinique, un All-on-6 Deluxe coûte 7900€ avec :

  • 2 implants zygomatiques posés par un chirurgien maxillo-facial
  • 4 implants classiques haut de gamme
  • Guidage chirurgical numérique
  • Anesthésie générale
  • Dents provisoires fixes transvissées (bridge en résine sans faux palais)
  • Bridge céramique définitif transvissé (sans faux palais)
  • Hébergement dans un appartement équipé
  • Chauffeur pour les transferts à l’aéroport

Ce travail se réalise en 2 étapes de 10 jours, avec un intervalle de 6 mois durant lequel le patient porte ses dents fixes provisoires avant de revenir pour les dents définitives.

Consultez aussi nos tarifs:

Demander un devis dentaire

 

Cas cliniques

Comment lire une radiographie dentaire panoramique

Cette méthode vous présente de manière très simplifiée comment une radiographie dentaire panoramique est analysée par nos dentistes afin d’évaluer la hauteur d’os pour proposer un plan de traitement approprié.

Voici une radiographie dentaire panoramique de qualité acceptable pour estimer la hauteur d’os présente aux endroits où des implants seront posés. Il s’agit ici d’un patient qui aura besoin d’une extraction totale et d’une restauration complète avec All-on-6 aux deux mâchoires.

Radiographie panoramique

Sur cette seconde image les pointillés rouges donnent la limite du plancher sinusal. Les pointillés verts montrent la limite où commence la mâchoire supérieure. La distance entre les deux correspond environ à la hauteur d’os disponible pour la pose d’implants dentaires.

Hauteur d'os disponible pour implant dentaire

 

Exemples de cas qui ne devraient pas avoir recours à l’implantologie basale

All-on-6 avec greffe osseuse

Dans ce premier exemple, le patient qui est âgé de moins de 50 ans va recevoir un All-on-6 avec des implants classiques. Lorsqu’on schématise la position des implants on constate qu’il y aura juste un peu d’os à ajouter pour les deux implants du fond. Dans ce cas, il vaut mieux faire les deux petites élévations de sinus plutôt que d’avoir recours à l’implantologie basale.
Dans ce cas, comme le comblement osseux à faire reste d’envergure tout à fait raisonnable, il sera moins risqué et plus simple de faire un All-on-6 avec greffe osseuse, plutôt que de poser des implants basaux.

 

Cas clinique pour un implant court

Implant dentaire court

Sur cet exemple, on constate qu’il y a eu de la perte osseuse mais la hauteur d’os restante est d’environ 7mm. Au lieu de poser un implant dentaire classique avec une greffe pour ajouter environ 10mm d’os, le chirurgien préfère poser directement un implant court sans nécessiter de greffe osseuse. Il n’y a pas besoin d’un implant basal à cet endroit.

 

Cas clinique pour l’implant basal

Cas clinique pour implantologie basale

Sur cet exemple on constate qu’avec des implants classiques, il manquera de l’os sur les deux implants frontaux et sur les deux implants du fond (en rouge). Seuls les deux implants latéraux (en bleu) disposent d’un volume osseux suffisant.

En théorie une greffe osseuse serait possible. Il y aurait deux comblements osseux des sinus et une greffe sur l’avant la mâchoire. Pour l’avant de la mâchoire, il faudrait prélever un morceau d’os sur le patient au niveau du menton, de la hanche ou du tibia. Cela représente une intervention supplémentaire avec un coût et des risques associés. De plus, avec ces greffes, les implants n’auraient pas été posés en même temps, ce qui implique un traitement en 3 étapes étalées sur une durée de plus de 12 mois.

En concertation avec ce patient il a été décidé de poser 4 implants basaux zygomatiques afin de simplifier le travail et ainsi réduire à la fois les risques et la durée du traitement (2 étapes avec un seul intervalle de 6 mois). Ce traitement est un All-on-4 avec 4 implants Zygomatiques.

Le patient a aussi reçu un All-on-4 avec des implants classiques à la mâchoire inférieure.

implant basal sur radiographie panoramique dentaire

 

Notre avis sur l’implantologie basale

L’implantologie basale est une bonne solution si cela évite de prendre plus de risques qu’avec des greffes osseuses massives. D’après nos chirurgiens, c’est l’implant basal Zygomatique et l’implant Ptérygoïdien qui permettent d’obtenir un résultat solide et durable, tout en restant peu invasif (étant donné que souvent 4 Zygomatiques suffisent, voire 2 si on peut poser des implants classiques devant). C’est un traitement complexe qui doit être réalisé par un chirurgien maxillo-facial. L’implant basal ne justifie pas la pose de prothèse définitive immédiate. Une prothèse immédiatement posée sur les implants doit toujours être une version provisoire.

Demander un devis dentaire

 

Content Protection by DMCA.com